Comment soigner les allergies aux pollens ?

Les allergies aux pollens provoquent généralement, ce que l’on appelle le rhume des foins. C’est une maladie qu’on voit très fréquemment, étant donné que selon les spécialistes 20 % de la population en Europe en est victime et cette dernière ne cesse d’augmenter depuis quelques années. Pour bien traiter cette allergie, il faut commencer par connaitre la maladie, mais aussi, suivre des traitements spécifiques aux graminées qui causent les problèmes respiratoires.

L’allergie aux pollens ou rhume des foins : c’est quoi ?

Les allergies aux pollens sont provoquées par des éléments qu’on appelle les graminées. Ces dernières sont libérées par les plantes qui produisent des céréales, mais aussi par les fourragères. C’est surtout entre le mois d’avril et de septembre que cette propagation de graminées dans l’air est très fréquente, et où on va constater une inhalation importante de pollens par la population. Cela va alors, provoquer des réactions allergiques chez les personnes sensibles étant donné que les pollens sont des agents particulièrement allergisants. Il faut également noter que ce type d’allergie peut être provoqué par la pollution de l’air. Afin de bien traiter la maladie dans ce cas, il est essentiel de comprendre ses symptômes. Généralement, la propagation des pollens dans l’air vient avec le beau temps, c’est-à-dire, après la saison hivernale. De là, les personnes sensibles vont être sujettes à des éternuements répétitifs, mais aussi, des cas d’obstruction et d’écoulement nasal. Il est également possible que tout ceci s’accompagne de démangeaison à l’intérieur des cavités nasales ou au niveau du palais. Si la personne est vraiment très sensible, ces symptômes peuvent s’accompagner d’yeux rougeâtres et de démangeaisons également au niveau de ces organes. Cela peut alors, se transformer en conjonctivite allergique. Et dans les cas extrêmes, si le début d’allergie n’est pas pris en charge à temps, et rapidement, cela peut entrainer des cas d’obstruction du système respiratoire et surtout des poumons, avec une contraction des bronches et un cas d’asthme. On pourra alors, constaté que durant toute la saison printanière, le malade va avoir fréquemment ces réactions allergiques qui peuvent être très gênantes dans sa vie au quotidien.

Comment traiter ce cas d’allergie ?

Le traitement du rhume des foins se fait en fonction des symptômes constatés. Cependant, l’objectif n’est pas de le guérir, mais seulement, de soulager le malade. Le premier type de médicament qui peut être recommandé par le médecin est de la catégorie des antihistaminiques. On peut aussi l’accompagner d’anti-inflammatoires sous forme de spray. Pour les patients en proie à des crises d’asthme, il est possible qu’on ait recours à un bronchodilatateur, mais aussi, d’une corticothérapie. Cependant, cette dernière ne doit pas s’étaler sur plus de 7 jours, pour éviter les effets secondaires sur l’organisme. Durant les crises les plus sévères, le médecin peut aussi prescrire une injection de corticoïdes, mais qui ne doit pas s’étaler dans le temps également. Une fois que la saison printanière est passée, avant d’entrer dans la prochaine saison des pollens, il est important de prévenir la maladie. Il s’agira alors, de passer par un programme appelé désensibilisation aux graminées. Pour ce faire, le patient sera mis dans un environnement où il ingèrera des pollens à petite dose. Le but étant de traiter l’intolérance afin que les réactions allergiques face aux pollens ne soient plus trop importantes la saison suivante. Pour ce faire, le médecin peut injecter progressivement des pollens sous la peau du patient. Il peut également choisir de lui donner des comprimés spécifiques entre les mois de janvier et de juin. Ce type de traitement par contre, n’aura pas des résultats immédiats. Il faudra le faire sur une période minimum de 3 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *